Allaitement : 12 choses à savoir

Allaitement ? Biberon ? Vous avez choisi d’allaiter ? Félicitations ! Ce n’est que du bonheur mais ce bonheur peut parfois être désagréable : fatigue, avis négatifs, jugement …

Les « bons conseils »

  • Le jugement : allaiter un nourrisson tout le monde trouve cela mignon (ou presque) mais dès que votre petit bout aura plus de 6 mois et surtout dès qu’il commencera à marcher des regards pas toujours sympathiques se poseront sur vous, parfois de jolies paroles accompagneront ce jugement « ah non vraiment à cet âge, c’est de l’inceste » … Bon soyons honnêtes, non allaiter son enfant de 12 mois cela n’a rien d’incestueux.
  • L’avis de la copine/d’un membre de la famille : « Mais pourquoi tu t’embêtes à allaiter cela te donne vraiment trop de travail ; alors qu’avec un biberon c’est plus pratique ». Pour ma part, je n’ai toujours pas compris en quoi cela était plus pratique d’utiliser un biberon : achat de biberon/tétines, achat du lait, stérilisation (ou pas), vaisselles, biberon entamé mais non fini/lait gâché si le délai est dépassé, transporter le biberon au moindre déplacement, … Niveau logistique, je considère que l’allaitement reste plus pratique qu’un déménagement de biberons ou une vaisselle à minuit parce que l’on se rend compte que l’on vient d’utiliser le dernier biberon propre.
  • L’avis de la copine/d’un membre de la famille (round 2) : « tu as une sale tête tu devrais arrêter d’allaiter ou tout du moins compléter ton allaitement avec quelques biberons ». Vous avez choisi d’allaiter exclusivement donc vous seule choisirez d’arrêter l’allaitement ou de passer à un allaitement mixte : ne vous laissez pas influencer. Allaiter peut demander beaucoup d’énergie, surtout les premières semaines, mais rassurez-vous cela ne dure qu’un temps vous trouverez très vite un rythme de croisière.
  • L’avis du médecin « bienveillant » et doué d’une expérience de 30 ans : qui vous soutiendra qu’un bébé doit être allaité toutes les trois heures (ni plus ni moins) afin qu’il se règle et ne devienne pas « capricieux » (au passage il vous donnera, avec un peu de chance, des pubs pour du « lait en boite »). Bien sûr votre bébé n’est pas capricieux et pas d’inquiétude il trouvera son rythme seul dès qu’il se sentira prêt.
  • L’avis du corps soignant à l’hôpital dès la maternité qui insistera afin que vous introduisiez un biberon parce que votre enfant à perdu « 50 petits grammes » (heureusement ils ne sont pas tous comme cela !). Tous les enfants perdent du poids à la naissance et c’est normal ; s’il n’a pas perdu 8 à 10% il n’y a pas vraiment de raison de s’inquiéter. Sauf avis médical contraire et perte de poids importante, essayez dans un premier temps de trouver un compromis avec le personnel soignant, en proposant de tirer votre propre lait (donnez votre lait avec une tasse) plutôt que de passer directement à un « gavage » au biberon. Pour deux raisons : l’estomac de votre bébé a la taille d’une noix à ce stade, le gavage est souvent inutile et parce que l’introduction de biberons dès la maternité est une cause fréquente d’arrêt de l’allaitement.
  • Conseils divers : « tu ne devrais pas allaiter en public », « mais donne lui du tapioca, ton lait est sûrement de mauvaise qualité s’il a encore faim », « donne lui de l’eau », « il faut toujours allaiter assise », … Et vous, quel bon conseil avez-vous reçu ?

Les petits tracas

  • Douleurs à la poitrine : cela peut vous arriver ou pas du tout. Dès les premiers signes consultez un spécialiste qui vous aidera à trouver la cause et à soigner vos douleurs. Ne laissez pas des douleurs à la poitrine s’installer cela pourrait vous gâcher votre allaitement.
  • Fatigue : votre bébé sera rarement fatigué et toujours affamé quand vous serez épuisée. Ce n’est pas juste mais c’est ainsi ! Bébé vous réclame, il a faim et pas question de dormir 8 heures pour récupérer. La moindre minute est essentielle dans ces moments : faites des micro-siestes même de 10 minutes le temps que tout cela se régule. Si la situation est vraiment intenable, tirez votre lait et passez le relai au papa ou à la mamie qui se fera sûrement un plaisir de garder votre petit bout le temps d’une bonne sieste.
  • Les pics de croissance interminables : 7 jours, 3 semaines, 6 semaines, 3 mois, 6 mois. Votre bébé vous l’aimez plus que tout, vous l’avez attendu 9 mois maintenant qu’il est là c’est le plus beau bébé du monde mais … il aura des pics de croissance c’est à dire des phases de croissance accélérée. Au biberon, ces pics de croissance sont souvent inaperçus mais au sein c’est une autre histoire. Certaines chanceuses ne ressentent pas spécialement de difficultés et feront une ou deux tétées de plus ; pendant que d’autres resteront littéralement collées à leur bébé durant 2 ou 3 jours … Vous dormirez avec bébé, vous mangerez avec bébé, vous vous doucherez … ou plutôt non bébé pleurera très fort pour vous dire à quel point il est malheureux de ne pas pouvoir téter pendant les 5 « longues » minutes que vous prenez pour vous doucher.
  • Même malade on allaite : votre bébé aura faim que vous soyez malade ou non. Alors on tient le coup ! Eventuellement vous pouvez porter un masque en cas de gros rhume et lavez-vous les mains en cas de maladie contagieuse. Astuce : profitez des siestes de bébé pour récupérer.

Les bonus !

  • Vie sociale : à moins d’avoir la chance de faire partie d’une communauté « d’allaitantes » vous risquez d’être « coupée » du monde au début. Si vous n’osez pas allaiter en public : portez un t-shirt spécial allaitement ou gardez un lange à proximité pour préserver votre vie « intime »
  • Perte de lait en public/sentir le lait : oui cela peut arriver, on dédramatise ! Portez des coussinets d’allaitement pour limiter les dégâts. Après tout vous faites une des choses les plus merveilleuses pour votre bébé, si cela vous arrive en public prenez les choses avec humour.
  • Les « pics de croissance » de votre conjoint (et oui !). Bébé est là, vous l’allaitez et êtes devenus fusionnels, pas facile pour le papa de trouver sa place. Alors on l’aide dans les moments où il se sentira délaissé. Il n’est pas question de lui laisser uniquement les couches à changer ! Expliquez lui que son soutien est essentiel qu’il pourra être le premier à lui donner sa première compote par exemple et bien sûr papa peut participer à l’allaitement (tenir la main de bébé pendant la tétée …)

L’allaitement de votre bébé est précieux et vous appartient. Ne vous laissez pas influencer et apprenez à dédramatiser dans certains cas. Suivez les conseils des spécialistes de l’allaitement en cas de doute ou de difficulté (sage-femme, pédiatre pro-allaitement, Leche League …). Si vous êtes enceinte de votre premier bébé et que vous n’avez, par conséquent, jamais allaité : préparez-vous à quelques difficultés (qui n’arriveront peut-être jamais), il vaut mieux parfois connaitre les choses désagréables auxquelles vous pourriez être confrontées plutôt que de subir une situation sans savoir comment réagir. Ces choses désagréables on ne vous les dira jamais mais maintenant vous êtes armées !

 

2 réflexions au sujet de « Allaitement : 12 choses à savoir »

  1. Cheryl

    Coucou. Merci pour tous ces bons conseils. J’ai choisi d’allaiter, mais j’avoue que j’appréhende de le faire lorsque je suis de sortie, d’autant plus qu’il faut absolument allaiter chaque trois heures. Néanmoins, après la lecture de ton article, je me sens plus confiante pour le faire.

    Répondre
    1. O'nappy Auteur de l’article

      Bonjour Cheryl,

      L’allaitement est une très belle expérience à tenter. Les débuts peuvent parfois être difficile, ne restez pas seule face aux éventuelles difficultés. A l’extérieur, un t-shirt « spécial allaitement » ou un lange peuvent préserver votre intimité si nécessaire. Je recommande l’allaitement à la demande et vous conseille de lire le feuillet AA44 de la Leche league http://www.lllfrance.org/index.php?option=com_k2&view=item&id=1127&Itemid=130, vous pouvez bien entendu contacter une animatrice qui vous donnera des informations complètes à ce sujet http://www.lllfrance.org/reunions/trouver-une-reunion.

      Je vous souhaite une belle fin de grossesse !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *